Chapelle de la Grande Brosse

Édifiée vers 1155 (1), la chapelle de la Grande Brosse est dédiée au Diacre Saint Étienne, premier martyr pour avoir témoigné de la résurrection de Jésus selon les actes des apôtres aux chapitres 6 et 7. Condamné à la lapidation, le Saint est représenté avec la palme du martyre et une pierre, instrument de son supplice. Il est vêtu d’une dalmatique permettant de l’identifier comme Diacre. De temps immémorial, l’église Saint Étienne était entretenue par les habitants du village, grâce à l’exploitation des fruits, des noyers qui poussaient aux environs du hameau. Cette pratique fut supprimée à la Révolution. Avant 1789, l’église était dotée d’une rente par une location des 89 boisselées de terre qu’elle possédait ; elles furent vendues à la Révolution comme bien national. (2)

 

Le village de la Grande Brosse fut saccagé et incendié à deux reprises par les Huguenots, venus de la Charité et conduit par Marafin de Garchy. L’église n’eut pas à souffrir de ces attaques.

 

Ce sanctuaire en croix latine est composé

 

— d’une seule nef voutée en berceau, éclairée par quatre baies plein cintre, séparée du chœur par une arcade brisée,

 

— de deux chapelles latérales du XVe.

 

Ces chapelles de plan rectangulaire communiquent avec le chœur par des arcades en plein cintre dont les nervures retombent sur des piliers présentant des culots prismatiques. Elles sont éclairées par une baie géminée au sud et tréflée au nord. La chapelle sud est dédiée à la Vierge. Dans la chapelle nord se trouvent deux sépultures du XVIIe siècle dans lesquelles sont inhumés les desservants ou bienfaiteurs possibles de cette petite église.

 

Dans l’une de ces sépultures, un homme nommé Mersier , décédé à l’âge de 36 ans en 1662, sur l’autre sépulture sont gravés les noms de Marit Normand et Tiennet Lauran (sans date). L’abside en cul de four est éclairée par deux baies étroites.

 

Le portail plein cintre d’inspiration romane, surmonté d’une baie étroite est construit en saillie. La porte récemment rénovée s’ouvre sous une archivolte composée de plusieurs voussures. L’archivolte supérieure en anse de panier est soulignée par une baguette ornée de dés imbriqués.

 

Ce portail est encadré par deux colonnes supportant deux chapiteaux sculptés.

 

Le chapiteau de droite montre des animaux chimériques, celui de gauche un décor de feuilles d’acanthe. Les colonnes présentent de nombreux graffitis témoignant des pratiques superstitieuses des habitants du village et des environs. Le beffroi du petit clocher de l’église renferme une cloche du XVIIIe siècle, bénie le 7 septembre 1738. Elle eut pour marraine Marie Anne Frappier de Montbenoit et pour parrain Augustin Palteau, avocat au parlement et baillis de la Grande Brosse. Elle a pour nom Marie Anne Augustine. (3)

 

La chapelle Saint Étienne de la Brosse a fait l’objet d’une restauration au XIXe siècle. La nef a été rétrécie par la construction d’un hall d’entrée. Depuis quelques années, une association de sauvegarde de la chapelle s’est créée et effectue grâce à des dons des travaux de restauration. On lui doit la restauration récente de la porte .

 

 

(1) aucun document ne nous est parvenu précisant la date exacte de construction de cette église

(2) d’après « Histoire de Donzy » Armand Bedu 1878

(3) Acte de baptême de la cloche Saint Étienne de la Brosse –archives paroissiales (mairie de Donzy)

 

 

 

Association pour la Sauvegarde de la Chapelle et du patrimoine des Brosses

Abbé de Bruchard

La Grande Brosse 58220 DONZY

03.86.26.21.88.